New Year Greetings

Happy New Year!

2016FPMsEng3

Bonne Année

2016FPMs3red

Français, anglais, pourquoi choisir!

Let’s make 2016 be the year of the inclusive “AND” and let’s forget the exclusive “XOR”

Which relations between maintenance operations and risk management?

This is the question addressed by Mrs Soumia Hadni in her PhD thesis entitled “Maintenance Impact on Safety”. On the one hand, maintenance reduces the probability of major risk hazard for the process. On the other hand, the inspection/repair/replacement activity induces a specific risk related to the maintenance action . We believe it is worth to estimate both, at least in a rough model.

Her public defence will be held in French this Tiesday 24 November at 9:30 AM, Auditorium 5, Faculty of Engineering, University of Mons, Rue de Houdain 9, Mons and will be  open for a wide audience. Everybody is welcome.

summary is available here.

Summer Courses in our Faculty of Engineering

This year, 2 summer courses are organized in the Faculty of Engineering of Mons and should attract international students in our European Capital of Culture. I hope to meet you during this exciting week! Both deal with mechanical engineering as the first deals with the innovation process (neuro-creativity) and the second, with smart coatings for machine parts and materials. The courses are organized by experts and will include practical workshops.

Art and machines

As the structure of Arne Quinze in Mons suddenly gained additional degrees of freedom to become a mechanism, it is pleasant to start the new year with admiration for the inspired works of Panamarenko, Jean Tinguely, and Theo Jansen. “The line between art and engineering exists only in our minds ” – Theo Jansen.

Have a creative year in 2015 ! Design, Experiment, Improve and Communicate!

IMG_3177_cad

Panamarenko Universum, Antwerpen, 3rd January 2015

 

Agoria – No Future without Technology

The General Assembly of the Contracting Group at Agoria was te opportunity to give a speech about Intelligent Maintenance. The discussion that followed led to the conclusion that technology needs favorable economic conditions and more support for STEM (Science Technology Engineering and Mathematics) jobs and training. Here is the Presentation

L’innovation là où on ne l’attend pas!

Un fibre optique pour la détection d’incendie, du Tyvek pour un portefeuille iNOWAnt, de la sécurité informatique à GoGo, … les bonnes idées ayant mené à des réalisations innovantes n’ont pas manqué lors de la Master Class de ce mercredi 22 octobre coorganisée par l’Agence de Stimulation Économique (leur dossier sur l’entrepreunariat vaut vraiment la peine d’être lu!), Creative Wallonia et le Club Entreprendre Polytech Mons Alumni. Un vent nouveau souffle sur le Hainaut grâce aux étudiants, collègues et diplômés plus inspirés les uns que les autres. L’innovation est désormais le dénominateur commun attendu entre les trois missions fondamentales de l’Université : mission d’enseignement, mission de recherche et mission de service à la société! Mon discours introductif

 

Panamarenko, Docteur Honoris Causa de l’Université de Mons

Ce vendredi 3 octobre 2014, j’ai eu le bonheur de présenter Panamarenko à l’occasion de la Rentrée académique de l’UMONS durant laquelle six titres de Docteur Honoris Causa ont été décernés. Cette cérémonie fut l’occasion de rappeler combien l’Université  tient à son rôle d’agent culturel au bénéficie de la société.

DHC260_Panamarenko_red

Le Recteur Calogero Conti et le Docteur Panamarenko après la remise des insignes

 

Voici le discours que j’ai pu prononcer à cette occasion et dont le texte est enrichi de liens vers les images et vidéogrammes illustrant l’oeuvre de l’artiste Panamarenko.

Monsieur le Recteur,
Chers Collègues,
Dear International Guests,
Mesdames, Messieurs, en vos titres et qualités,
товарищ Панамаренко,

M. Henri van Herwegen est né en 1940 à Anvers, première ville belge qui accédera au rang de Capitale Européenne de la Culture. Se jouant de l’équivoque qui peut naître entre le nom d’un général russe capté par hasard sur une radio qu’il bricole et celui de la plus prestigieuse compagnie aérienne américaine durant les années ’60, il adoptera très rapidement son nom d’artiste, Panamarenko: une manière sans doute de prendre pacifiquement le contre-pied de l’opposition Est-Ouest dans cette période marquée par la Guerre Froide.

Anti-conformiste, Panamarenko est une personnalité exceptionnelle du monde de l’art contemporain. Artiste ingénieur, son esprit et son œuvre vont développer pendant plus de 50 ans une célébration continue du mouvement.

Dès son adolescence, Panamarenko s’intéresse à la mécanique, il lit des ouvrages scientifiques, il se révèle très bon dessinateur ; il entre à l’Académie Royale des Beaux-Arts à Anvers. Il préfère toutefois se réaliser dans un travail plus technologique et s’intéresse à l’électronique et aux télécommunications. Après un intermède sous les drapeaux, divers happenings à Anvers le remettent sur la voie de l’art. Il y crée avec d’autres artistes une galerie d’art Wide White Space.
Tout s’enchaîne alors rapidement, les œuvres de jeunesse du début des années ‘60 suscitent l’intérêt mais Panamarenko se met alors à concevoir parallèlement à ses objets poétiques des engins plus ambitieux voués à l’exploration terrestre, maritime, océanographique, aérienne ou spatiale. Alors qu’il ne les considérait pas a priori comme œuvres d’art, ses amis le convainquent du contraire. La Prova Car, version poétique d’une voiture prototype dont l’aérodynamisme ne déparerait pas celle des prototypes actuels du Concours Shell Eco-Marathon, est la première œuvre du genre à être introduite dans une galerie. Das Flugzeug, avion-hélicoptère d’une envergure de 16 m, dont les deux rotors en polystyrène sont actionnés par des pédales, quitte son atelier en 1967 pour être exposé à Düsseldorf, et faire ensuite sensation à Eindhoven, New York, Berlin, …

Le bricoleur affine ses lignes, l’artiste prend son envol.

Ses réflexions et recherches insolites sur l’espace, la mouvance, le vol, l’énergie et la gravitation se font plus précises et débouchent sur des créations d’autant de bolides, de chaussures magnétiques, de sous-marins, de tapis volants, d’oiseaux, d’hydravions, de dirigeables ou de soucoupes volantes… Des constructions toujours oniriques, spectaculaires, étranges mais toujours ludiques et qui révèlent ses talents d’artiste prolifique et polyvalent.

Panamarenko a développé une œuvre originale, totale, dans le sens où l’objet final est valorisé non seulement dans sa réalité physique mais aussi dans le processus créatif impliquant esquisses, schémas, dessins, plans, maquettes : tous supports graphiques et matériels qui témoignent de la démarche de conception autant que l’objet d’art en lui-même.

C’est bien là le sens de l’appréciation d’une œuvre d’art : le plaisir d’une curiosité, d’une recherche, d’un développement, d’un cheminement. Ratures, ajouts, annotations, notes de calcul nous rappellent l’essence itérative, imprévisible, humaine du processus créatif. Nous partageons ainsi la dynamique de conception d’une œuvre qui nous implique dans son interprétation, nous devient plus accessible et nous interpelle davantage. Dans un monde matérialiste, trop souvent, le résultat, dans son état fini, seul, compte. Avec Panamarenko, il n’en n’est rien : le voyage prévaut sur la destination, la trajectoire s’apprécie davantage que le point d’arrivée, le développement lui-même porte autant de sens que la conclusion… comme dans nos formations universitaires où les cursus de formation et d’apprentissage s’avèrent prendre bien plus de valeur que le diplôme lui-même.

J’aimerais citer l’exergue d’un de ses ouvrages d’art destinés au public et qui porte un titre qu’envie mon syllabus de construction des machines : « Tekenen en rekenen », et que je me permets de traduire en français :

« On ne peut pas jouer avec les formules mathématiques tant que l’on ne comprend pas les fonctions. Cela prend des années pour comprendre ce que l’on fait ou réalise, parce que les puzzles abstraits sont plus difficiles que les projets. Et lorsque l’on parvient à la fin à démêler l’écheveau, apparaît, quelque chose de clair et précieux sur le fonctionnement des choses, un univers sans fin d’une diversité hors du commun. »

Dessinateur, peintre, sculpteur, assembleur, Panamarenko incarne l’artiste complet, s’investissant dans l’aboutissement d’un projet qu’il conduit intégralement de la génération de l’idée à sa matérialisation. C’est un artiste qui s’amuse en expérimentant et qui nous fait partager ce plaisir sans hermétisme et sans prétention. Sa capacité à relier, par le dessin et le calcul, concept et réalisation dans chacune de ses créations artistiques est emblématique d’une démarche de projet artistique où rien n’est dissimulé, révélant toute l’esthétique, la poésie et surtout l’esprit de l’œuvre.

Pour toutes ces raisons, nous nous réjouissons d’accueillir M. Panamarenko dans notre communauté universitaire et vous demandons, M. le Recteur, de lui remettre le diplôme et les insignes de Docteur Honoris Causa.

Voici quelques liens supplémentaires liés à l’actualité de Panamarenko:

D’autres photos et informations seront ajoutées dans les prochaines semaines…

Les défis internationaux de l’enseignement supérieur

La croissance du nombre d’étudiants de l’enseignement supérieur est une réalité dans plusieurs pays d’Europe… et à l’Université de Mons en particulier (+5% par an depuis 4 ans). Hors Europe, celle-ci s’exprime souvent avec un taux annuel à deux chiffres. En 1970, l’Europe et l’Amérique du Nord totalisaient environ 50% du nombre des étudiants de l’enseignement supérieur dans le Monde: en 2014, moins de 20%. La démocratisation de l’enseignement supérieure dans les pays à forte croissance démographique justifie cette évolution dont nous ne pouvons prendre la mesure que difficilement et partiellement. Les enjeux de l’enseignement supérieur sont plus internationaux que jamais et remettent en question l’organisation même des études universitaires lorsque les moyens humains et financiers posent problème.

Une conférence abordant les enjeux internationaux supérieurs est proposée régulièrement. On en trouve ici un diaporama.

Présentation de la conférence

A few tips to improve my presentation in front of a panel of industrial experts

The students of our Faculty of Engineering have the opportunity to present some of their personal works (mechanical design projects, master’s theses, …) in front of a panel of experts coming from the industrial or business world. As academic people could have a different sensitivity regarding the outcomes, it is fruitful to develop an appropriate communication strategy. 

Here are some tips to improve your communication.

  • Identify yourself
  • Be aware of economical issues
  • Check if the data used for the validation of your methodology are realistic or not. Even if published in the scientific literature, this is not necessarily the case.
  • In your conclusion, prove how an enterprise can get the benefit of the scientific work you produced.

Mission to Russia

From this Easter Sunday, a joint delegation from the University of Mons and the University of Valenciennes and Hainaut-Cambrésis will conduct a mission to Russia to meet their academic partners. The number of students interested in Russian language and culture is increasing more and more: the action of the Russian Centre at UMONS is certainly not unrelated to this. This justifies the strengthening of existing institutional agreements and the negociation of new ones. UMONS has significant scientific collaborations in Russia, particularly in the field of photonics and telecommunications.
Anne Godart and Daria Balandina, colleagues of the Faculty of Translation and Interpretation, and Pierre Dehombreux, Vice-Rector for International Relations will visit the St. Petersburg State Electrotechnical LETI University and the State Pedagogical University of Russia Herzen. In Moscow, the delegation will attend the Franco-Russian forum for railway training, which is organized at the State University of Railway Engineering MIIT and will be welcomed at the State Pedagogical University MPGU and State University Lomonosov where six students of the Faculty of Translation and Interpretation have an internship. Finally, Mons delegation will visit the State Pedagogical University of Yaroslavl , a city of 600 000 inhabitants located 250 km north – east of Moscow.

See our dedicated brochure: UMONS_UVHC_Russia2014